Quel cadre pour évaluer la modernisation de la supervision informatique ?

Vous assistez à un apéritif avec vos pairs, et quelqu’un vous demande : « Votre supervision informatique est-elle moderne ? » OK, il y a peu de chances que cela se produise. Mais si vous recevez des plaintes d’utilisateurs qui remarquent des problèmes de service avant le service informatique, si votre équipe est accusée d’avoir causé une perte de chiffre d’affaires à cause de mauvaises performances informatiques, ou si vous vous dites que la supervision informatique coûte trop cher, alors la question de la modernisation de la supervision informatique constitue certainement un sujet brûlant à aborder. C’est exactement ce dont traite cet article de blog. Le vieux dicton « Ce qui n’est pas cassé n’a pas besoin d’être réparé » pourrait bien constituer ce qui sépare votre organisation des promesses de la supervision informatique moderne : optimisation des coûts et des ressources, accélération de l’analyse des causes profondes et du MTTR, et harmonie grâce à la collaboration des équipes.

L’optimisation des coûts est-elle votre objectif principal ? 

Téléchargez ce rapport Gartner gratuit pour bénéficier de quelques conseils sur la meilleure façon d’optimiser vos investissements en matière de supervision informatique.  

Pourquoi vous préoccuper de la modernisation de la supervision informatique ?

La gestion des technologies de l’information nécessite aujourd’hui une analyse avancée des données. Mais comment collecter et traiter des données dans des environnements informatiques modernes, complexes et éphémères, toujours plus dépendants du cloud et des conteneurs ? Si vous utilisez plusieurs outils de supervision spécifiques, vous disposez d’informations sur le fonctionnement de ces équipements spécifiques de manière verticale, mais ces connaissances ne sont pas très utiles pour diagnostiquer les problèmes dans leur ensemble. Vous gérez probablement plus d’alertes que vous ne le pouvez. Il y a de fortes chances que d’autres équipes de votre organisation rencontrent exactement les mêmes problèmes. Si les différents silos ne sont pas interconnectés au niveau du pilotage, il est difficile de savoir exactement ce qui se passe, où ça se passe, comme de prévoir d’où viendront les prochains problèmes. En conservant une supervision en silos, il n’y a pas moyen de construire et d’améliorer en continu les performances informatiques par l’apprentissage et l’automatisation, en réparant les choses une fois pour toutes et en allant de l’avant. La supervision informatique à l’ancienne, c’est comme un jour sans fin : on recommence tout, tous les jours. 

Qu’est-ce que la supervision informatique moderne ? 

La supervision informatique moderne relève d’une plateforme d’excellence et de la collaboration entre les équipes pour supporter le développement et la croissance de l’entreprise dans une nouvelle ère de l’économie numérique. La supervision informatique moderne se concentre sur la cartographie, l’analyse et le partage des données provenant de sources diverses (équipements, applications, cloud, conteneurs, etc.) afin de garantir que les infrastructures informatiques – et les activités métiers critiques qui en dépendent – fonctionnent au mieux de leurs capacités tout en garantissant une expérience utilisateur la meilleure possible. 

Plus précisément, la supervision informatique moderne est une plateforme qui collecte et met en corrélation des données de sources et de formats divers. Les données contextualisées sont ensuite pleinement exploitées dans l’ensemble des activités informatiques, telles que la gestion des capacités, la détermination de la disponibilité, la gestion des SLAs, le développement d’applications et la contribution à la sécurité du business conditionné par l’IT. 

La supervision informatique moderne est une innovation : elle constitue l’une des premières mesures à prendre pour se préparer aux possibilités ouvertes par l’IA et le Machine Learning, en exploitant des données de supervision enrichies pour prévoir les problèmes, automatiser leur résolution et informer sur les améliorations continues des performances informatiques.

Quel est le degré de modernité de votre supervision informatique ?

Échelle de maturité de la supervision informatique

Basculer de la supervision à l’ancienne vers la supervision moderne, c’est passer de la réaction face à un problème à la prévision de ces problèmes. Il y a toutes sortes de raisons pour que vous soyez là où vous en êtes, et un paquet d’autres pour que vous décidiez de poursuivre votre voyage vers des performances informatiques optimales sources de performance opérationnelle et de croissance. 

Le voyage vers la modernisation de la supervision informatique

L’ÂGE DE LA SUPERVISION Description

PRÉDICTIVE

4. AIOps-Ready Cette étape est ouverte et prépare les futures innovations technologiques, telles que l’AIOps. Les données de supervision informatique sont destinées à être utilisées par le Machine Learning et l’IA pour automatiser davantage le diagnostic et la résolution des incidents des systèmes informatiques. La matière première exploitée par ces technologies relève des données de performance ou des données extraites des journaux, qui sont collectées au quotidien. La supervision informatique vise désormais à soutenir l’innovation continue et à adapter automatiquement les performances informatiques aux besoins des entreprises.

3. Centrée métiers La supervision informatique est conçue comme une stratégie globale, à l’échelle de l’entreprise qui prend le pas sur les projets informatiques individuels. Les équipes informatique et métiers ont une visibilité sur l’ensemble des performances. Déployée en parapluie, la couche de supervision exploite et met en corrélation les données de niveau de service des SI, du cloud jusqu’à l’edge, pour piloter les performances informatiques du point de vue des utilisateurs métiers, avec un certain degré d’automatisation.

2. Plateforme interconnectée Les données de supervision informatique sont centralisées. De nombreux types et formats de données différents sont collectés (métriques, journaux, traces). Ces données permettent de mesurer la santé du système informatique dans son ensemble. L’information reste interne et informe sur la disponibilité et la qualité du service. Il est possible d’accéder à des connaissances plus approfondies et de mener une analyse plus efficace des causes profondes. 

RÉACTIVE

1. Focalisé sur la disponibilité  La supervision est assurée par différents outils en silos et par des équipes spécialisées, qui utilisent tous les différents types et formats de données. Elle est axée sur le contrôle de la disponibilité. Il y a peu d’interconnexions entre les différents silos.

 

Une feuille de route pour la modernisation informatique

Voici une rapide feuille de route pour évaluer le degré de modernité de la supervision informatique au sein de votre organisation. Attention : cet exercice nécessitera des discussions intenses dans toute l’organisation informatique et impliquera peut-être aussi les équipes métiers. Préparez-vous à déterrer de véritables trésors de supervision. Vous découvrirez très probablement que la supervision informatique moderne n’est pas si difficile à réaliser, une fois que vous aurez identifié les données dont vous avez besoin et comment superviser tous vos environnements informatiques.  

Étape 1 : Inventaire des outils

Demandez à toutes les équipes informatiques de faire la liste des outils qu’elles utilisent pour la supervision. Examinez l’étendue des outils actuellement utilisés pour collecter les données du système informatique. Déterminez s’il y a un chevauchement entre les outils, c’est-à-dire ITIM, APM, DEM, DEVOps, etc. Il existe peut-être une solution plus efficace et plus rentable qui pourrait être partagée par toutes les équipes. 

Étape 2 : Créer une matrice de données de supervision

Dressez la liste de tous les besoins de l’organisation en matière de supervision et mesurez son étendue en termes de sources de données à superviser, du cloud jusqu’à l’edge et dans tous les domaines informatiques.

Étape 3 : Trouver le mode de supervision « ground zero » le plus logique 

Trouvez la couche la plus logique à partir de laquelle construire votre plateforme de supervision. Construisez sur ce que vous avez déjà, au plus près des couches les plus basses de l’infrastructure, de sorte que, en remontant, vous puissiez facilement identifier toutes les couches pertinentes de votre SI et vous assurer que tous les domaines et équipements informatiques sont pris en compte dans la supervision. L’ITIM fournit un très bon point de départ pour la supervision informatique globale et une plateforme de supervision open source et basée sur des connecteurs prêts à l’emploi comme celle de Centreon vous permet de connecter sans effort tous les domaines informatiques. Vous obtenez ainsi une visibilité totale, des indicateurs de base sur la disponibilité jusqu’à des indicateurs avancés corrélés avec des données métiers. 

Étape 4 : Calculer le coût de la solution 

De la mise en œuvre aux besoins futurs, choisissez les options qui présentent le moins d’obstacles possibles à l’adoption de nouvelles technologies et qui s’accompagnent d’un niveau élevé de capacités d’automatisation, afin d’optimiser davantage les activités de supervision informatique et de faire travailler les équipes sur des projets à plus forte valeur ajoutée. La supervision informatique moderne doit être rapide, sûre et rentable. Et la supervision informatique moderne devrait aussi être… moderne ! Les AIOPs se développent rapidement. Même si vous pensez que vous n’en n’êtes pas encore là, vous devriez prévoir une solution prête pour l’AIOps.

Vous pouvez par exemple commencer votre recherche d’une solution moderne de supervision informatique en bénéficiant d’un essai gratuit à vie ou nous contacter pour discuter des besoins spécifiques de votre organisation. 

Tirez parti de l’expérience d’autres organisations qui ont adopté la supervision informatique moderne

L’expérience d’un grand hôpital

L’expérience d’une école de premier rang mondial

 

Tags :