Vous cherchez la recette miracle pour consolider la résilience IT au sein de votre SI sans déployer de nouvelles infrastructures ou renforcer vos équipes IT ? Bonne nouvelle ! Il suffit d’ajouter une pincée d’autonomie au fonctionnement de vos équipes locales ou distantes grâce à la nouvelle fonctionnalité Centreon Remote Server de Centreon EMS !

Nous vous invitons à dévorer cet article si :

  • Vous gérez de nombreux sites et équipes IT dans des pays différents et sur plusieurs fuseaux horaires
  • Vous pilotez à distance ou localement des opérations IT sur des systèmes critiques répartis sur des zones distantes
  • Vous êtes en charge, chez un MSP (Managed Services Provider), de mettre en place une collaboration transparente et efficace, en conformité avec vos SLA, auprès d’un portefeuille de clients répartis sur un large territoire

Cet article met en lumière les problématiques les plus courantes auxquelles sont confrontées les entreprises qui ont centralisé à l’extrême et propose de nouvelles alternatives pour développer l’autonomie des équipes locales et la collaboration inter-sites en vue de renforcer la résilience IT.

Assurer la continuité des opérations dans l’ère du tout centralisé …

Selon une récente étude Gartner, « les nouvelles applications déployées sur des sites distants augmentent le besoin de disponibilité applicative et de résilience des infrastructures. Toutefois, nombre de solutions conçues pour des déploiements sur sites distants se révèlent inabordables quand elles sont déployées à petite échelle. »

Si, depuis plusieurs années, la centralisation est perçue comme LA réponse aux besoins de rationalisation des ITOps, elle est loin de répondre aux attentes des entreprises en matière de résilience IT et de continuité d’activité au niveau local.
Pourquoi ? Tout simplement parce que la centralisation consiste, la plupart du temps, à faire confiance à une équipe d’experts et un ensemble d’outils pour gérer des opérations informatiques critiques, sans tenir compte de l’endroit où elles se déroulent.

Sur le papier (et au pays des Bisounours), partager un même système d’information à travers tous les continents est une excellente idée, et plus encore si cela permet d’accéder de façon unique à toutes les vues de supervision informatique, que ce soit du siège de l’entreprise ou d’un NOC (Network Operation Centre).
Avec un gros bémol : dans la vraie vie, les entreprises qui travaillent sur des sites distants font face à toutes sortes de situations qui laissent les équipes locales impuissantes, incapables de superviser ou de réagir à un incident. Alors même que ces équipes, qui sont en première ligne, ne demandent qu’à contribuer à l’effort d’agilité et de résilience IT de l’entreprise.

« Les architectures IT comptent un nombre croissant de sites plus petits, dispersés géographiquement, dans des environnements distants et isolés. Les responsables I&O sont contraints de déployer des logiciels dédiés afin de créer des plates-formes hautement disponibles, résilientes (mais peu coûteuses), pour répondre, à petite échelle, aux besoins des infrastructures virtualisées des sites distants. » Gartner, March 2018*

Problématiques courantes des multinationales, MSP et autres entreprises gérant des activités IT critiques

Parmi les situations qui empêchent les équipes locales de prendre pleinement part aux plans de continuité des opérations dans les entreprises, nous en avons répertorié 4, parmi les plus courantes :

    • La latence et la coupure réseau :  Et oui ! Cela arrive encore en 2018 ! En effet, de nombreuses entreprises exécutent encore des opérations critiques dans des environnements délocalisés qui ne profitent pas nécessairement de la même fiabilité d’infrastructure que le reste de l’entreprise. Les équipes locales peuvent ainsi se retrouver complètement déconnectées des outils d’exploitation centralisés, ce qui constitue un véritable « trou dans la raquette » en matière de continuité des opérations.
    • Des environnements disparates et peu familiers : Les disparités entre les environnements centralisés et locaux peuvent engendrer toutes sortes de problèmes dus à l’utilisation d’outils de supervision mal connus des équipes, une infrastructure legacy, des pratiques ou des besoins métiers différents ou encore des problématiques de conformité liées aux compétences, aux fuseaux horaires ou aux langues pratiquées.
    • Un certain niveau de tolérance au risque : Même si, en ces temps de révolution digitale, il arrive encore de gaspiller un temps précieux à essayer de résoudre des problèmes à distance, la prise en compte de la redondance locale sur des environnements critiques apparaît encore souvent trop coûteuse au regard du risque perçu.
    • Une maintenance planifiée : La centralisation des outils implique souvent que la maintenance planifiée des NOC ou du siège interrompent également les sites régionaux ou distants. Ce manque de flexibilité ne permet pas de concentrer la maintenance sur les quelques sites concernés ou de planifier les arrêts afin de limiter l’impact sur les utilisateurs.  

Comment concilier agilité centralisée avec résilience IT locale ?

Quelle entreprise peut se permettre de se reposer sur ses lauriers quand il s’agit de transformation digitale ? Aucune ! Bien au contraire, il s’agit de se projeter vers la prochaine étape qui permettra d’accélérer le changement des ITOps afin de gagner en agilité et en résilience IT, bref, en compétitivité !

Voici quelques-uns des principaux jalons que devront franchir les organisations qui souhaitent combiner agilité et résilience IT pour leur ITOps :

  • Ne partager que ce qui a besoin d’être partagé : si la notion de partage est en soi une bonne pratique, il faut reconnaître qu’il existe également beaucoup de bonnes raisons de ne pas donner, aux équipes distantes, un accès total à la plate-forme. Une évidence dans le cas des MSPs, nous direz-vous ? Pas seulement car la question peut également se poser en termes de responsabilité et de sécurité, entre le siège et les filiales par exemple.
  • Fournir aux équipes locales leur propre accès aux ressources partagées : elles peuvent ainsi travailler en toute autonomie (vis-à-vis du NOC ou du siège), sans pour autant perdre les avantages d’une gestion centralisée et globale du système d’information.
  • Acquérir une meilleure compréhension des besoins spécifiques des équipes locales : pour cela, il est nécessaire de les laisser déterminer les meilleurs moyens de rendre le service à leurs utilisateurs métiers et mettre à leur disposition les outils de supervision et les vues graphiques dont ils ont besoin, au moment où ils en ont besoin.
  • Faire de la collaboration et de la transparence un nouvel avantage concurrentiel : une collaboration fluide entre des équipes géographiquement éloignées est une priorité pour la plupart des entreprises mais plus encore pour certaines activités. Intensifier la collaboration entre les équipes centrales et délocalisées permet de résoudre 24h/24 les problèmes dans un environnement critique, où chaque seconde compte. De la même façon, les infogérants et autres MSPs peuvent proposer de nouveaux services à leurs clients en leur fournissant, sans coût additionnel, des outils innovants et flexibles pour collaborer activement et faciliter le pilotage de leurs SLA.

Une partie de la réponse est dans Centreon EMS !

Centreon EMS et sa toute nouvelle fonctionnalité Centreon Remote Server vont vous permettre de trouver l’accord parfait entre contrôle centralisé et autonomie locale, en particulier grâce à un ensemble de serveurs de supervision configurables, conçus pour répondre aux besoins spécifiques des équipes ITOM qui évoluent dans un environnement complexe, multi-site et délocalisé.

Grâce à Centreon Remote Server, vous avez enfin la possibilité de fournir aux équipes les moyens et les outils dont elles ont besoin pour assurer la continuité des opérations au niveau local. Avec cette toute nouvelle fonctionnalité de la version 18.10, vous mettez à leur disposition un accès indépendant aux ressources centralisées partagées afin qu’elles puissent prendre en charge les activités critiques, même en cas de déconnexion du serveur central. Centreon Remote Server leur offre également la possibilité de créer leurs propres vues graphiques afin qu’elles puissent intervenir localement et rapidement, dans un mode « juste-à-temps ».

Découvrez ce que Remote Server peut faire pour vous.

Centreon Remote Server : les basiques

Une architecture de supervision distribuée

  • Un élément additionnel dans l’architecture distribuée d’une solution Centreon, laquelle comprend aussi le Centreon Central Server et les Centreon Pollers
  • Un Centreon Central Server permettant de superviser la totalité d’un SI
  • Des Centreon Remote Servers en complément du serveur central, pour un périmètre de supervision régional
  • Des Centreon Pollers qui collectent l’information de supervision en tout point du SI, y compris dans ses zones peu accessibles (forte latence réseau, pare-feu)

Une résilience IT renforcée

  • Synchronisation complète des opérations entre serveurs Central et Remote
  • Autonomie complète des utilisateurs d’un serveur Remote pour créer leurs propres vues personnalisées
  • En cas de coupure réseau entre Remote et Central, pas d’affectation des utilisateurs du serveur Remote et synchronisation automatique avec le serveur Central dès la reprise du réseau

Une solution totalement intégrée

  • Une nouvelle option complètement intégrée à la solution Centreon
  • Possibilité pour l’utilisateur, lors de l’installation d’un serveur Centreon, de choisir son rôle : Central Server, Remote Server, Poller
  • Une interface utilisateur permettant de configurer l’ensemble de la fonctionnalité Remote Server en quelques clics de souris

Centreon EMS et sa toute nouvelle fonctionnalité Centreon Remote Server sont vos nouveaux sésames pour plus de résilience IT sans quasiment aucun coût supplémentaire.

Démarrez aujourd’hui avec Centreon Remote Server !

Envie d’en savoir plus sur Centreon Remote Server ?

Rencontrons-nous au Paris Open Source Summit (POSS) les 05 et 06 décembre 2018.

  • Ne manquez pas le workshop Centreon : « Supervision IT : Centralisez l’exploitation tout en favorisant l’autonomie des équipes distantes », le 05 décembre 2018 à 11h15. Un cadeau spécial vous attend ! Inscrivez-vous puis visitez notre stand pour le récupérer le jour même.
  • Passez par le Stand Centreon à tout moment pour bénéficier d’une démo ou échanger avec nos équipes. Si vous souhaitez profiter d’un moment privilégié, contactez-nous sur communications@centreon.com.

* “How to Increase Uptime With Scaled-Down Remote Office Infrastructure” – publié le 28 mars 2018 ID: G00351228; Analyst(s): John McArthur, Philip Dawson.

Tags :