Souvent définie comme une 4ème révolution industrielle, la transformation numérique est aujourd’hui définitivement liée à la transformation organisationnelle de l’État. Qu’il s’agisse de modèles de delivery, d’engagements de services, de sécurité ou encore d’architecture distribuée, les enjeux des DSI du secteur public sont multiples face à des environnements IT en perpétuelle évolution. Pour y répondre, elles se transforment et font évoluer leurs pratiques IT vers des modèles agiles, capables de casser les silos et de libérer les énergies tout en intégrant automatisation et standardisation.

Intégrer les méthodes agiles pour mieux se transformer

Pour accompagner et réussir la transformation numérique, les ITOps du secteur public, ont enclenché, comme leurs homologues du secteur privé, une grande transformation pour gagner en réactivité et en agilité. Le tout en vue de s’aligner sur les métiers afin de répondre mieux à leurs besoins.

Cela se traduit par la mise en place de nouvelles méthodes de travail inspirées des méthodes Agile et DevOps qui leur apportent plus de réactivité et de rapidité de déploiement et de développement nécessaires pour atteindre leurs objectifs.

Le passage à l’Agile est déjà une réalité dans de nombreuses DSI du secteur public avec qui nous travaillons depuis plusieurs années. Elles ont ainsi mis en place des pratiques DevOps et Agile afin de :

  • Créer plus de valeur (et plus fréquemment) pour les métiers et les usagers,
  • S’appuyer sur des cycles plus courts,
  • Impliquer les agents tout au long du projet,
  • Mettre fin aux silos en rapprochant développement et production.

Dans ce contexte, la supervision a vu son rôle évoluer dans le secteur public. Avec les liens forts établis entre business et IT, la supervision étend son périmètre à la supervision applicative et métier. Couplée aux outils de reporting et de visualisation graphique, elle devient mature pour permettre aux équipes ITOps de se transformer.

Automatiser le RUN pour gagner en agilité

Avec DevOps et les méthodes Agile, les équipes doivent travailler par itération, sur des cycles de plus en plus courts. Les tâches récurrentes à faible valeur ajoutée et très chronophages de la supervision sont automatisées. Pour cela, les ITOps doivent s’appuyer sur une supervision agile qui permet :

  • Un déploiement rapide et fiabilisé grâce à des sondes prêtes à l’emploi comme les Plugin  Packs,
  • Une réduction des développements « faits maison » pour intégrer efficacement de nouveaux périmètres et de nouvelles versions,
  • Un interfaçage avec les outils de test, les jobs schedulers ou encore l’ITSM…

Les clients qui ont misé sur cette approche ont tous constaté une augmentation de la productivité et une baisse du coût du RUN. Ils ont pu également réaffecter leurs personnels sur des tâches à plus forte valeur ajoutée pour gagner en agilité et en efficacité dans la détection et la résolution des incidents.

Savoir équilibrer gestion centralisée et autonomie locale

Consolider et mutualiser peut entraîner une complexification des infrastructures obligeant les équipes à gérer centralisation des données et gestion des infrastructures locales. Dans le secteur public, les sites sont souvent répartis sur un large territoire, impliquant une réelle autonomie des équipes pour assurer la résilience IT du SI (coupure réseau, maintenance, etc.). Cela implique de partager la bonne information aux bonnes équipes et de fournir aux équipes locales un accès aux ressources partagées pour travailler en autonomie sans perdre les avantages d’une gestion centralisée. Le pilotage doit aussi intégrer la compréhension des besoins spécifiques et laisser aux équipes locales le soin de déterminer comment rendre au mieux le service à leurs utilisateurs.

Standardiser pour fédérer les énergies

Mettre en place une solution unique de supervision permet de standardiser les pratiques afin de gagner du temps, gérer plus facilement les environnements hétérogènes et baisser le coût de maintenance du SI. Pour y parvenir, la plupart de nos clients du secteur public ont opté pour :

  • Un recours systématique à la supervision pour chaque projet,
  • La création de core models,
  • La définition de règles communes et partagées.

La standardisation des pratiques et des outils permet également de fédérer les énergies car les équipes partagent la même réalité, qu’elles soient locales ou centrales.

Conclusion : transformer les ITOps participe à la transformation de l’organisation

La supervision a longtemps été le pré carré des équipes ITOps. Avec la transformation des méthodes de travail, elle sort du bois pour devenir un outil de pilotage opérationnel exploité par toute la DSI, au service des métiers. Plus agile, la supervision participe à la transformation de la DSI en permettant d’automatiser le RUN, de gérer les architectures multisites au plus près des besoins des équipes locales et de fédérer les équipes grâce à la standardisation. Elle aide les DSI à améliorer les SLA et l’expérience utilisateur. Elles se structurent ainsi pour mieux répondre aux besoins des métiers et aux exigences de la transformation du secteur public, véritable challenge de ces 5 prochaines années.

 

Envie d’en savoir plus sur les nouveaux enjeux du secteur public en matière d’ITOps et de supervision ? Ça tombe bien !
Nous vous invitons à partager les retours d’expérience de nos contributeurs lors de notre événement :

 « DSI du secteur public : gérez en toute confiance votre virage numérique grâce à la supervision informatique »
04 juin 2019 à partir de 08h30
Intercontinental Bordeaux – Le Grand Hôtel
Inscrivez-vous dès maintenant

Tags : -