Et si 2021 sonnait la fin de la supervision IT traditionnelle ?

La transformation numérique est un sujet d’actualité, source d’innombrables conversations sur l’adoption des nouvelles technologiques. Mais l’un de ses aspects est souvent négligé : la capacité à gérer la complexité de l’environnement métier numérique et à avoir une bonne visibilité sur l’IT. Les entreprises numériques adoptent de nouvelles technologies à une vitesse fulgurante, mais la capacité à gérer efficacement les nouveaux équipements informatiques évolue-t-elle aussi vite qu’elle le devrait ? Cet article aborde les « ratés » fréquents de la supervision au sein des entreprises digitales et leur impact sur la capacité à répondre aux besoins de visibilité et d’efficacité requis par les standard de l’expérience numérique. Ne soyez pas surpris par la conclusion de cet article : la supervision à l’ancienne va disparaître d’elle-même en 2021.

Examinez les données issus d’un panel de 200 ITops *

  • Seul 54,25% de l’environnement informatique est supervisé en moyenne.
  • 49% des professionnels de l’informatique déclarent utiliser entre 4 et 10 outils différents pour couvrir leurs besoins en matière de supervision.
  • 51% utilisent des procédures manuelles pour mettre à jour leur périmètre de supervision.
  • 20% suivent les performances et la disponibilité des équipements informatiques uniquement au moyen d’alertes et de notifications.
  • 34% créent manuellement des cockpits graphiques et des tableaux de bord pour rendre compte des données de disponibilité et de performance.
  • Enfin, plus d’un tiers estiment qu’ils devront investir (budget et ressources) pour améliorer les capacités de supervision au cours des cinq prochaines années. 

Soyons honnêtes, le travail manuel est insuffisant face au rythme de l’entreprise transformée numériquement. Cela équivaut à vider l’océan avec une cuillère à café.

Qu’en est-il de votre maturité en matière de supervision ?

Il est facile de vérifier la maturité en matière de supervision informatique obsolète. Vous pouvez soit avoir recours à notre outil d’auto-évaluation rapide de votre maturité en matière de supervision, soit consulter cette liste des symptômes de pratiques à l’ancienne :

  • Un ensemble disparate de solutions de supervision est utilisé, elles fonctionnent en silos et sont souvent isolées – sans gestion du Cloud ou des conteneurs. 
  • Aucun processus automatisé n’est disponible pour configurer un ensemble en constante évolution de technologies reliées dans le Cloud et à l’Edge, où les utilisateurs et les objets connectés interagissent.
  • Aucune connaissance approfondie des dispositifs, infrastructures, réseaux et applications essentiels n’est mis en place pour soutenir les workflows.
  • Les données (qui devraient être l’objet même de la supervision) sont incohérentes, incomplètes ou dupliquées – elles ne peuvent être contextualisées pour une meilleure compréhension des performances informatiques.
  • lI n’y a pas de vue fluide et dynamique sur le fonctionnement de l’ensemble de la chaîne de valeur numérique.

Les dégradations ou interruptions de service passent inaperçues

Rien de bien méchant. Vous devez penser qu’un peu de travail manuel fait ralentir les ITOps, rien de plus. Mais en réalité, une supervision à l’ancienne entrave la capacité de l’entreprise numérique à atteindre son plein régime. Une supervision non optimisée revient à mettre des grains de sable dans les engrenages. 

Elle augmente la probabilité d’interruption des services, ralentit leur résolution et a un impact négatif sur l’expérience client, à savoir le nouveau facteur de compétitivité de référence des entreprises. 

Selon une prédiction d’IDC, nous avons quasiment atteint le point où 80% des dirigeants du secteur informatique seront rémunérés en fonction des KPI et métriques mesurant l’efficacité de l’informatique à stimuler la performance et la croissance de l’entreprise. Dans le monde d’aujourd’hui, cela signifie qu’il faut réagir rapidement à l’évolution des besoins et rester vigilant et aligné sur ce qui se passe en première ligne en renforçant l’agilité et la résilience opérationnelles dans toute l’organisation I&O. 

Une grave pénurie de données

L’incapacité à superviser une infrastructure moderne et hybride du Cloud à l’Edge prive l’organisation d’une mine de données qui pourraient informer sur un grand nombre de sujets, des vulnérabilités en matière de sécurité ou de capacité, en passant par les prévisions des besoins numériques futurs, jusqu’à l’amélioration du parcours des clients. En résumé, elle limite la capacité des entreprises à tirer pleinement parti des technologies agiles dans lesquelles elles ont investi. À l’opposé, un tiers des équipes d’exploitation informatique a déjà rédigé une feuille de route claire visant à construire un environnement IT Ops enrichi par l’IA*, en le connectant éventuellement au pilotage de la performance de l’entreprise. 

Les statistiques ont parlé : il y aura plus de complexité informatique en 2021

  • 32% des budgets informatiques seront consacrés au Cloud d’ici 2021 (Forbes)
  • Avec Kubernetes, 95% des nouveaux micro-services supplémentaires seront déployés dans les conteneurs d’ici 2021 (IDC)
  • D’ici 2022, plus de 90% des entreprises du monde entier s’appuieront sur un mélange de Clouds privés sur site/dédiés, de Clouds publics multiples et de plates-formes traditionnelles pour répondre à leurs besoins en matière d’infrastructure (IDC)
  • D’ici 2021, les dépenses en matière d’IA pour les centres de données passeront à 52,2 milliards de dollars US (IDC)
  • D’ici 2024, le marché de l’Edge computing atteindra le chiffre impressionnant de 9 milliards de dollars US grâce aux technologies de la 5G, de l’IoT et de l’IA (Statistiques)

2021 : l’année où la supervision à l’ancienne a disparu

En 2021, les grandes tendances informatiques contribueront à creuser le fossé entre les équipes qui ont accès aux outils de Smart Monitoring et celles qui travaillent avec des outils obsolètes. 

Les environnements informatiques vont devenir encore plus hybrides, car les entreprises font face à une croissance exponentielle des données, résultat de la transformation numérique qui atteint les couches les plus profondes de l’activité. L’informatique se rapproche des utilisateurs, avec des solutions de Cloud hybrides plus populaires, une connectivité accrue entre le Cloud et les ressources sur site et une myriade d’objets connectés alimentés par les nouveaux déploiements de réseaux 5G. Ajoutez à cela l’« épidémie » mondiale du télétravail et vous atteignez le point de rupture où la supervision informatique traditionnelle perd toute pertinence. La fin de l’année 2020 est le moment ou jamais de discuter en équipe des besoins non satisfaits en matière de supervision informatiqueet notre outil d’évaluation pourrait bien être le parfait point de départ. 

Si une supervision informatique dynamique est ce dont vous avez besoin pour relever les défis de 2021, renseignez-vous sur ce que nous proposons en matière de Smart Monitoring.

*Centreon et FocusVision ont interrogé un panel en ligne de 200 professionnels de l’IT en France, au Royaume-Uni, en Espagne, en Italie, aux États-Unis et au Canada en septembre 2020.