Reprise post-COVID-19 : repenser l’innovation et l’optimisation des coûts en amont

La pandémie COVID-19 qui secoue encore la planète va contraindre les entreprises à mener des efforts de reconstruction dans tous les domaines. Cet article se penche plus particulièrement sur les questions de performance opérationnelle qui dépendent au premier plan des DSI et des ITOps. Aucune industrie ou entreprise n’a été épargnée par la pandémie de COVID-19. L’ADN même des entreprises a changé lorsque les contacts entre les personnes sont devenus un risque pour la continuité des activités. Certains estiment qu’il faudra deux ans pour retrouver un semblant de retour à la normale, équivalent à celui de l’époque pré-COVID, tandis que beaucoup se préparent à affronter un avenir encore inconnu. Dépenses prudentes et innovation peuvent sembler contradictoires, mais ce mariage devra fonctionner pour que les entreprises puissent se redresser et rester compétitives dans la nouvelle économie « sans contact »[1].

Un récent article de McKinsey conseillait aux DSI d’adopter des mesures pour aider à réduire les coûts sans affecter la capacité.[2] Il s’agissait par exemple de gérer la demande et les niveaux de service pour éviter les dépenses inutiles, de retarder les projets non essentiels et d’abandonner les applications peu utilisées. Dans un environnement technologique complexe et interdépendant, il n’y a qu’une seule façon efficace de prendre ces décisions : examiner en profondeur l’infrastructure informatique qui sous-tend tous les workflows de l’entreprise.

Rien de très compliqué ici : comme dans d’autres secteurs d’activité clés, le chemin vers la performance réside dans la collecte et l’analyse des données. Cela peut sembler assez facile à mettre en place de nos jours, mais paradoxalement, au niveau de l’infrastructure informatique, la collecte des données nécessaires pour optimiser les performances est une tâche difficile pour de nombreuses organisations. Les SI se sont développés sous forme de couches, certaines archéologiques, au fur et à mesure de leur transformation, des serveurs physiques hebergés on-premise au cloud, puis aux conteneurs, aux objets connectés (IoT) et à l’AIOps, pour finir par l’adaptation qui sera nécessaire pour que prospère l’économie sans contact. Les entreprises déclarent utiliser des dizaines d’outils afin de capturer les données nécessaires pour superviser la disponibilité et les performances au jour le jour, ce qui signifie que les données agrégées dont les DSI ont besoin pour prendre des décisions cruciales ne sont pas facilement disponibles.

« Nous avons là les ingrédients d’un vrai cyclone : une plus grande complexité informatique, un besoin plus important que jamais de données pour alimenter les plans d’amélioration continue et la croissance fondée sur l’innovation, et moins de ressources pour faire tout cela dans un contexte d’une économie sous tension. »

Comment cela peut-il changer ? Grâce à un processus assez accessible et pourtant évolué : la supervision intelligente de l’infrastructure informatique (smart monitoring). L’agilité de l’entreprise dans l’économie post-Covid-19 est intimement liée à l’IT. Par conséquent, les équipes métiers et informatiques ont besoin d’un lieu de rencontre virtuel : une plateforme robuste pour collaborer et générer les données qui stimuleront les efforts d’optimisation et d’innovation. Le Smart Monitoring fournit la plateforme idéale pour créer une culture collaborative qui démystifie le lien entre les performances informatiques et métier.

Bienvenue dans l’économie sans contact

L’histoire présentera cette pandémie comme le début d’une ère où le contact humain est devenu un risque business. Bienvenue dans l’économie sans contact, un nouveau paradigme qui accélère la transformation numérique et nous amène à nous concentrer davantage sur des expériences numériques sans faille, garantes de la performance et de la croissance. Autrefois, le meilleur moyen de satisfaire le client passait par le contact humain. Dans cette nouvelle ère de distanciation sociale, le chemin le plus direct vers le cœur d’un client est votre IT (Infrastructures & Opérations).

L’amélioration des expériences numériques représentait très probablement un terrain d’intérêt avant la pandémie COVID-19, et faisait partie de votre stratégie d’amélioration de l’expérience client globale. Dans un monde post COVID-19, l’expérience numérique est capitale. Cela nécessite un partenariat renouvelé avec les opérations informatiques, en mettant à leur disposition des outils qui permettront une prise de conscience et un contrôle accru de l’infrastructure sous-tendant des expériences numériques, essentielles à la reprise de l’activité.

88 % des responsables informatiques considèrent les deux prochaines années comme essentielles pour faire une différence tangible grâce à leurs investissements technologiques, notamment en simplifiant et en modernisant le fonctionnement de l’entreprise. – Source : Suse.

Grâce à la magie de l’open source, à la puissance d’intégration des connecteurs et aux fonctions d’automatisation avancées, le Smart Monitoring est accessible et adaptable à tout type d’entreprise ou d’environnement informatique. Essayez le dans votre propre organisation dès aujourd’hui.

[1] https://www.nytimes.com/2020/03/25/opinion/coronavirus-economy-delivery.html
[2] https://www.mckinsey.com/business-functions/mckinsey-digital/our-insights/a-practical-way-for-cios-to-manage-it-costs-through-the-covid-19-crisis

Tags :